Essence

Aujourd’hui je sens combien l’attachement à l’image d’un moi « solide », au fait qu’il y existe un noyau dur qui soit « moi », peut être un frein à la transformation — même si on appelle ce noyau « âme » !

Cela ancre certains schémas auxquels nous croyons: je suis comme “ça”, et ça, c’est une caractéristique de ma personnalité qui ne changera jamais (je suis idéaliste, incapable de faire la cuisine, maladroit…). Alors que la vie se déploie sous des formes infiniment variées et changeantes, y compris en moi. Tout peut changer!

Le mot « essence » pour parler du déploiement de notre individualité me plaît bien du coup. Cela se rapproche du parfum de la fleur.

Abandon

Laisser la vie me guider de l’intérieur vers ce que cette incarnation peut faire de plus naturel. Lâcher les projections, les images de magazine, tout en étant à l’écoute de ce que me souffle mon âme, comme des souvenirs du futurs ou plutôt, la connaissance innée de l’arbre contenu dans la graine que je suis.

Ong Sohung, le mantra du Kundalini yoga peut aussi se lire: Ce que je veux être, je le suis déjà.

Le temps n’existe pas.

Un abandon.